Site Feedback

Le voyage en train.

Vendredi dernière, j’ai rendu visite à ma mère. Elle habite à Lublin, d’où je viens, mais j’ai quitté cette ville il y a sept ans pour étudier à Cracovie. J’ai fini mes études mais je ne veux pas y retourner, parce que Lublin est la ville plus petite que Cracovie (quand même, c’est le chef-lieu de la région: la voïvodie de Lublin). Pour y aller, j’ai pris le train. J’ai choisi un compartiment assez vide (i y avait seulement un homme), mais les autres passagers m’ont rejoint après un peu de temps. J’avais acheté un billet de seconde classe, où les compartiments sont pour huit personnes et ils sont assez étroit, donc ça n’était pas très confortable pour moi. Je me suis assise à côté de la fenêtre et j’ai commencé à lire un livre. Pendant le voyage, soudainement j’ai entendu le français. Un homme qui a été assis vis-à-vis de moi a parlé au portable. J’avais envie m’adrreser de lui (pour pratiquer mon français, bien entendu) mais je n’ai osé. Quelques instants plus tard, il m’a demandé si je connais bien Lublin – et nous avons parlé... en anglais. J’étais trop timide pour proposer à lui parler en sa lanque parce que j’avais peur que je ne parle pas assez bien français encore. Le cercle vicieux.

Share:

 

0 comments

    Please enter between 0 and 2000 characters.

     

    Corrections

    Le voyage en train.

    Vendredi dernier, j’ai rendu visite à ma mère. Elle habite à Lublin, d’où je viens, mais j’ai quitté cette ville il y a sept ans pour étudier à Cracovie. J’ai fini mes études mais je ne veux pas y retourner, parce que Lublin est la ville plus petite que Cracovie (quand même, c’est le chef-lieu de la région: la voïvodie de Lublin). Pour y aller, j’ai pris le train. J’ai choisi un compartiment assez vide (il y avait seulement un homme), mais les autres passagers m’ont rejoint peu après un peu de temps. J’avais acheté un billet de seconde classe, où les compartiments sont pour huit personnes ( ce sont des compartiments pour huit personnes) et ils sont assez étroit, donc ça n’était (ce n'était) pas très confortable pour moi. Je me suis assise à côté de la fenêtre et j’ai commencé à lire un livre. Pendant le voyage, soudainement j’ai entendu le du français. Un homme qui a été était assis vis-à-vis de moi a parlé au portable. J’avais envie m’adrreser adresser de à lui (pour pratiquer mon français, bien entendu) mais je n’ai osé. Quelques instants plus tard, il m’a demandé si je connais bien Lublin – et nous avons parlé... en anglais. J’étais trop timide pour proposer à lui parler en sa langue parce que j’avais peur que je ne parle pas de ne pas encore parler assez bien français encore. Le cercle vicieux.

    Write a correction

    Please enter between 25 and 8000 characters.

     

    More notebook entries written in French

    Show More