Site Feedback

J'attends.

Les premièrs quatres neiges de septembres se sont dissipées et "l'automne de Boldino" se prolonge. Dès chaque an les printempses et les automnes devient de plus en plus longs. Ma pauvre l'hiver ! Ma conte diminuée ! Ma musique froide diminuendo ! Je serai assis près de ton lit blanc et neigeux, et je garderai mon fidélité à toi en attendant ta guérison.
L'automne ! Entend-tu ? Tes doublons d'or de bouleaux sont sous les pieds en bruiant n'enrichiront personne ! Ne t'atterde pas !

Share:

 

0 comments

    Please enter between 0 and 2000 characters.

     

    Corrections

    No corrections have been written yet. Please write a correction!

    Write a correction

    Please enter between 25 and 8000 characters.

     

    More notebook entries written in French

    Show More