10 faits marquants de l’histoire de l’Espagne
Espagnol

10 faits marquants de l’histoire de l’Espagne

L’histoire de l’Espagne est un sujet sur lequel de nombreuses personnes se sont penchées. Il faut dire que le pays a connu des événements majeurs sur divers plans : sociopolitique, économique, sportif, social, etc.  Par exemple, la fin de la dictature est un événement important en Espagne ayant drastiquement changé la face du pays. À l’instar de chaque État, la nation ibérique a connu ses hauts et bas. Vous désirez en savoir plus sur le Royaume d’Espagne ? Nous vous présenterons des généralités sur le pays d’Europe latine avant de vous dévoiler 10 faits marquants de son histoire.

Avant de plonger dans l’histoire de l’Espagne, un bref panorama du pays  

Pays de la péninsule ibérique, l’Espagne, encore appelée Royaume d’Espagne, est une monarchie parlementaire constitutionnelle. Il faut noter que Felipe VI est le chef de l’État, roi d’Espagne, et que Pedro Sanchez en est le chef du gouvernement. Ce dernier est issu du parti socialiste ouvrier espagnol.

Le pays s’étend sur 504 782 km2, occupant plus de 80 % de l’Ibérie. Cette dernière est encerclée entre autres par l’océan Atlantique et la mer méditerranée. En dehors de la capitale Madrid, on compte parmi les grandes villes : Barcelone, Séville, Valence, Bilbao.

La langue officielle du pays est l’espagnol, bien que certaines langues régionales soient reconnues : catalan, valencien, basque, galicien. En outre, l’euro est la monnaie utilisée dans l’État. 7e pays le plus peuplé du vieux continent, l’Espagne compte plus de 47 millions d’habitants. Sa fête nationale a lieu le 12 octobre.

1. La guerre civile en Espagne 1936 – 1939

La guerre civile met aux prises républicains (léninistes, révolutionnaires anarchistes, communistes) et nationalistes (droite et extrême droite) menés par Franco. Le conflit, qui dure de juillet 1936 à avril 1939, est souvent perçu comme préliminaire de la Seconde Guerre mondiale.

Compte tenu du soutien de Mussolini et d’Hitler, le général Franco réussit à assoir son régime dictatorial. En dépit de l’appui de l’URSS, la France, la Grande-Bretagne et des brigades internationales, les républicains perdent la guerre. Le bilan est lourd : 1 million de personnes ont perdu la vie dans le conflit.

2. Le long feuilleton ETA (Euskadi Ta Askatasuna) entre 1959 et 2018

Le 31 juillet 1959, des opposants du parti nationaliste basque fondent l’ETA (Pays basque et Liberté en français). Il s’agit d’étudiants nationalistes d’idéologie marxiste-léniniste sur les traces de certains mouvements de libération. Il faut souligner que de nombreux attentats et assassinats sont attribués à l’organisation indépendantiste basque. Voici quelques épisodes marquants du long feuilleton ETA :

  • 7 juin 1968. Assassinat d’un policier à Saint-Sébastien, premier attentat officiellement imputé à l’organisation indépendantiste basque.
  • 25 octobre 1979. Finalement, le Pays basque obtient l’accord consacrant son statut d’autonomie.
  • 1980. L’année durant laquelle l’ETA a commis le plus d’attentats, tuant pas moins de 92 personnes.
  • Décembre 1983. Naissance des GAL (Groupes antiterroristes de libération), organisations parapolicières, à qui on impute 28 assassinats de militants basques jusqu’en 1987.
  • 19 juin 1987. Attentat le plus mortel du mouvement indépendantiste basque. 21 personnes trouvent la mort dans la déflagration d’un véhicule piégé à Barcelone.
  • 13 juillet 1997. Manifestation de millions d’Espagnols, à la suite du meurtre, la veille, du jeune élu du Parti populaire Miguel Angel Blanco.
  • 9 août 2009. Derniers attentats de l’ETA en terre espagnole.
  • 3 mai. Dans une déclaration ultime, l’ETA annonce : dissolution et désarticulation de toutes ses structures, cessation de toute activité politique.

Pour conclure, Euskadi Ta Askatasuna aura fait, de sources officielles, près de 900 victimes en plus de quatre décennies d’existence.

3. Mort de Franco en 1975 et place à la transition démocratique

Mort de Franco en 1975 et place à la transition démocratique

Frappé par la maladie, Franco désigne en 1969 Juan-Carlos, petit-fils du dernier roi d’Espagne, comme son futur successeur. En 1970, le général se résout à désigner un Premier ministre, qu’il associe dans la gestion des affaires. Ainsi, Le Caudillo décède le 20 novembre 1975, et Juan-Carlos devient le roi d’Espagne deux jours plus tard. Cet épisode marque la fin du régime totalitaire et les d’un lendemain radieux.

Résolu à établir la démocratie en Espagne, le roi Juan Carlos s’attèle à instaurer une relation directe avec le peuple. Le 3 juillet 1976, le souverain dernier nomme Adolfo Suarez chef de gouvernement. Désormais, l’ex-cadre franquiste mène le combat démocratique aux côtés de jeunes réformateurs pour maturer le projet démocratique national. Dans ces conditions, le parti unique franquiste se dissout le 1er avril 1977. Par conséquent, la réalisation du vaste chantier politique se met en branle pour déboucher sur une transition démocratique pacifique.

4. La nouvelle constitution de 1978

Les Cortès (parlement bicaméral espagnol) adoptent la Loi pour la Réforme politique le 18 novembre 1976. Ensuite, c’est au tour du peuple de valider le texte le 15 décembre 1976. La loi à caractère constitutionnel pose les jalons juridiques pour réformer l’organisation franquiste. Près de 90 % de la population approuve la constitution, promouvant démocratie libérale et parlementaire, égalité, tolérance, économie de marché, etc. La nouvelle monarchie parlementaire démocratique est solide, à en témoigner par la déroute du putsch militaire du 23 février 1981. Il faut souligner que les Espagnols sont attachés à leur roi et tirent grande fierté de la transition démocratique réussie.

5. Tentative de pronunciamiento le 23 février 1981

Menés par le colonel Antonio Tejero, les officiers de l’armée entreprennent un coup d’État. Les militaires attaquent le congrès, sous les yeux de la population, qui vit l’événement inédit en direct à la télévision. Malgré cette tentative, le projet de refaire basculer le pays dans la dictature sera désavoué et stoppé net.

6. Entrée dans la CEE (Communauté économique européenne)

En 1962, l’Espagne soumet sa candidature pour intégrer la CEE. En raison de la non-conformité aux valeurs démocratiques, cette première tentative est battue en brèche. Alternance politique réussie et démocratie installée, l’Espagne se voit acceptée dans la CEE, avec le Portugal.

7. L’attentat de Madrid du 11 mars 2004

Cet événement important en Espagne est l’un des plus dramatiques du pays depuis plusieurs décennies. L’attaque terroriste dans la capitale fait plus de 200 morts et 1900 blessés. L’attentat devient le plus grave jamais enregistré en Europe depuis la catastrophe aérienne produite dans le ciel écossais en 1988. Notons que dix bombes sur les treize employées ont détoné dans des trains en périphérie de la ville. D’abord pointée du doigt, l’ETA est ensuite blanchi. Puis, sur la base de certains éléments, c’est le groupe terroriste Daesh qui est tenu responsable de l’attaque.

8. La crise économique en Espagne de 2008 à 2013

La crise économique de 2008 n’épargne pas l’Espagne. En effet, le pays subit les impacts de la crise des subprimes à l’origine de la bulle immobilière. La mauvaise diversification des secteurs affaiblis par la compétition – mondialisation oblige – est la première cause de cette situation. Il faut noter que le pays a privilégié les secteurs agricole, automobile et touristique.

9. Abdication du roi en 2014

Le 2 juin 2014, le chef du gouvernement, Mariano Rajoy, annonce l’abdication du roi Juan Carlos 1er. Ce dernier renonce à ses fonctions royales au profit de son fils Felipe IV. Faisant suite à l’annonce, l’abdication prend effet le 18 juin. Puis, le nouveau souverain est intronisé le jour suivant.

La décision de renoncer au pouvoir intervient dans un contexte marqué par des accusations de corruption, etc. Quoi qu’il en soit, cet événement est un fait marquant dans l’histoire du pays. Juan Carlos évoque le déploiement d’une nouvelle génération pour mener les réformes nécessaires dans le pays.

10. Les nombreuses prouesses sportives espagnoles : Euro et coupe du monde

Les nombreuses prouesses sportives espagnoles : Euro et coupe du monde

Reconnue comme l’une des meilleures nations de football, l’Espagne a confirmé ce statut à plusieurs occasions. La plus notoire est l’épopée victorieuse de 2010 en Afrique du Sud, lorsque la Roja soulève la coupe du monde. Au moment où les Espagnols remportent leur premier trophée mondial, c’est une nouvelle page du football qui s’écrit. Avec deux victoires consécutives à l’Euro en 2008 et 2012, la sélection nationale réalise la triple couronne. Par conséquent, elle devient la première équipe au monde à réaliser cet exploit.

En définitive, vous remarquez que l’Espagne a connu de bonnes et mauvaises périodes. À l’instar d’autres nations, l’Espagne a emprunté un chemin laborieux vers la stabilité politique. Ses nombreux sacres sportifs ont contribué à rehausser l’image d’un pays d’une grande richesse culturelle.

Saviez-vous que l’espagnol est l’une des langues les plus parlées au monde ? Alors, ça vous intéresserait d’apprendre l’espagnol facilement et efficacement ? Vous pourriez essayer italki, notre plateforme d’apprentissage de langues, qui compte une vaste communauté d’élèves et d’enseignants. Parcourez le site et trouvez votre professeur d’espagnol pour vous aider à maitriser cette belle langue proche du français. Par exemple, découvrez 27 mots espagnols utilisés en français.

Related Posts