Combien de mots communs entre l’anglais et le français ?
Anglais

Combien de mots communs entre l’anglais et le français ?

Vous avez probablement remarqué qu’il existe plus d’un mot anglais utilisé en français à l’écrit et à l’oral. De même, il n’est pas surprenant de voir un mot français utilisé en anglais. On s’interroge souvent sur l’origine de cette interconnexion linguistique. Pour comprendre ce phénomène, il faut évoquer des précédents historiques qui lient la France à l’Angleterre. Donc, si vous décidez d’apprendre l’anglais, étudier cet aspect peut vous être d’une grande utilité. Mais au fait, savez-vous combien de mots se retrouvent à la fois en français et en anglais ? Cet article apporte des éclaircissements sur le sujet.

Avant d’en arriver à plus d’un mot français utilisé en anglais

À l’instar des autres langues, l’anglais a évolué au fil du temps. Cette langue germanique tire son origine du celte, une langue dans laquelle s’exprimaient les Britons. En dépit de l’envahissement de la Britannia par les Romains, ces derniers ne réussissent pas à imposer leur langue. Par conséquent, il n’y aura aucune intégration du latin au celte, contrairement à celle qui s’opère en Gaule.

Quarante décennies après, la chute de l’Empire romain survient et la Britannia passe sous contrôle des Angles et des Saxons. De leur côté, les Francs entrent en Gaule, où on parle latin, étant donné que le celte gaulois a disparu. Durant 5 siècles, les Angles et les Saxons imposent le vieil allemand en remplacement du celte en Britannia. Pour cette raison, on assimile l’anglais à une langue germanique.

L’invasion normande de 1066 

Cet événement marque un tournant dans l’histoire de l’Angleterre. Il faut relever qu’il n’existait pas de mot français utilisé en anglais dans le vieil anglais (« Old English »). Par ailleurs, on ne trouvait que quelques termes latins. L’arrivée du Duc normand Guillaume va changer la donne. La langue de Molière remplace celle de Shakespeare à la Cour et dans le gouvernement.

Guillaume le Conquérant élimine les aristocrates anglais, dont il redistribue les propriétés à des personnalités normandes. Ainsi, l’ensemble des terres revient à des personnes maîtrisant la langue française. Dans ces conditions, le français devient la langue de l’aristocratie, des affaires, de l’enseignement, d’expression dans le royaume.

L’ère des « French Kings » : début de l’absorption de termes français par l’anglais

C’est pendant le règne des rois français d’Angleterre que la langue de Shakespeare intègre 10 000 mots français. D’ailleurs, la devise de la monarchie d’Angleterre était : « Dieu et mon droit ». Malgré son titre de roi d’Angleterre, Richard I, ou Richard Cœur de Lion, ne s’exprime pas du tout en anglais. Le français est désormais la langue officielle parlée en terre anglaise, de toute production écrite publiée dans le royaume. Cette situation va durer plusieurs siècles, jusqu’à la fin du 14e siècle – début du 15e siècle.

Il faut souligner que, depuis 1066, aucun document officiel n’a été écrit en anglais. L’acte d’abdication de Richard II, formulé en anglais, revêt donc un caractère exceptionnel, tout comme les correspondances courantes d’Henri V. En effet, c’est la première fois que des monarques français utilisent l’anglais dans leurs écrits, depuis la conquête normande.

Au rang des premiers mots français absorbés par l’anglais, nous pouvons citer : fruit, dialogue, âge, cousin, silence, prison, miracle. Lorsque l’anglais redevient petit à petit la langue du royaume, à la fin du 14e siècle, c’est une langue modifiée qui fait son apparition.

Deuxième phase d’intégration de mots français par l’anglais

Deuxième phase d’intégration de mots français par l’anglais

Après la première phase d’importations de termes français en anglais, un second mouvement s’effectue durant la Renaissance. Ainsi, ce sont approximativement 12 000 mots qui s’ajoutent aux autres milliers importés durant le Moyen Âge. À titre d’illustration, police, architecture, turbulence sont intégrés à l’anglais, à une période où la France jouissait d’un prestige notoire. Il s’ensuit que sa langue se répand, au point de devenir la langue universelle au détriment du latin. Il faut souligner que c’est durant cette époque que Shakespeare importe plusieurs centaines de mots du français vers l’anglais. Cavalier, pedant, agile, monumental sont quelques termes tirés de la langue de Molière.

Troisième phase d’absorption des mots français

On dénombre trois milliers de termes français exportés vers l’anglais, durant la période post-Renaissance jusqu’après 1945. Par exemple, silhouette, etiquette, telephone, camouflage, bustier sont des emprunts de la langue française. L’anglais demeure, de toutes les langues, celle qui a le plus subi l’influence du français. Bien que le français et l’espagnol soient latins, leurs différences lexicales sont plus marquées que celles entre français et anglais. Voici quelques exemples. En anglais, village est la réplique exacte de village en français, tandis qu’on parle de pueblo en espagnol. Par ailleurs, question reste identique en anglais et en français, alors que ce mot se traduit par pregunta en espagnol.

Pour récapituler, on peut situer à environ 25 000 le nombre de mots français ou d’origine française. Cela est énorme, en comparaison aux 200 000 mots que compte l’anglais ! Mais attention, ce nombre ne représente pas l’ensemble des mots communs aux deux langues. Il ne faut pas oublier que le français comporte également des mots anglais ou d’origine anglaise.

Situation inverse : mots anglais ou d’origine anglaise exportés vers le français

Vous aurez constaté que, à l’écrit et à l’oral, de nombreux mots anglais se sont infiltrés dans la langue française. En effet, environ 500 mots utilisés en français sont issus de l’anglais. Cependant, relevons que la moitié provient de la langue de Molière.

L’anglais est indéniablement la première langue des affaires. Il est parlé par des millions de natifs et de locuteurs étrangers. Étant donné le dynamisme des pays anglo-saxons, leur langue jouit d’un usage prépondérant dans de nombreux domaines.

Les disciplines sportives

Sport roi, le football n’a pas de dénomination équivalente en français. Il en est de même pour le basketball, le volleyball, le handball, le rugby, le golf, le baseball, etc. Ces appellations sont restées telles quelles et aucune équivalence n’a été donnée pour désigner chacune de ces disciplines.

Le numérique

Dans ce registre, une panoplie de termes viennent de l’anglais. Par exemple, Internet, souvent abrégé Net, est un mot anglais. On le désigne aussi web, qui signifie toile en français. En français, on utilise généralement le mot Internet ou l’expression le Net. Ce terme est loin d’être le seul mot anglais utilisé en français dans le domaine du digital.

On parle beaucoup de cloud, qu’on traduit comme nuage en français. Toutefois, les mots français peinent à s’imposer dans ce domaine. Aussi, le mot drive s’impose allègrement, en l’absence d’un équivalent français fort pour le remplacer.

La multiplication des anglicismes

Vous avez probablement entendu parler du community manager. En dépit de l’existence d’un équivalent, gestionnaire de communauté, c’est la version anglaise qui passe mieux. Par ailleurs, le terme booster est très employé, notamment dans le commerce en ligne. On booste ses annonces pour en accroître la visibilité afin de convertir des prospects en clients. D’ailleurs, le terme e-commerce sonne apparemment mieux que commerce en ligne. La tendance est à l’usage de desktop au lieu d’ordinateur de bureau, ou de PC plutôt qu’ordinateur portable. Que dire des smartphones, qu’on préfère à téléphones intelligents !

En France, il n’est pas rare de voir des Business Schools ou Écoles de Commerce. D’ailleurs, certaines institutions françaises choisissent délibérément d’utiliser ces anglicismes pour attirer des étudiants du monde entier. Très plébiscité, le système d’enseignement anglo-saxon se vend bien en France.

Il faut souligner que les anglicismes se retrouvent dans d’autres langues, même non européennes. C’est dire l’envergure qu’a pris l’anglais sur la scène mondiale.

Quelques termes communs à l’ anglais et au français

Quelques termes communs à l’ anglais et au français

Il faut noter que la moitié des mots français issus de l’anglais proviennent eux-mêmes du français. Par exemple, le mot anglais people vient du français peuple. De même, le mot proof est lié au terme du vieux français proeve. Voici ci-après un récapitulatif de certains mots que vous retrouverez en anglais et en français.

Mots Langues d’emprunt
À la carte Français
Menu Français
Hors-d’œuvre Français
Restaurant Français
Café Français
Couture Français
Rendez-vous Français
Business Anglais
Table Français
Question Français
Cuisine Français
Record Anglais
Break Anglais
Cottage Anglais
Bungalow Anglais
Flashback Anglais
Web Anglais
Commandant Français
Colonel Français
Blonde Français
Chauffeur Français
En route Français
Déjà vu Français
Entrepreneur Français
Fiancé Français
Genre Français
Smiley Anglais
Smartphone Anglais
Marketing Anglais
Pancake Anglais
Hotel Anglais
Email Anglais
Test Français
Antidote Français
Mix Français
Cliché Français
Souvenir Français
Set Anglais

En raison de précédents historiques importants entre la France et l’Angleterre, nous constatons que le français a énormément influencé l’anglais. Toutefois, l’anglais se présente aujourd’hui comme la langue la plus utilisée au monde.

Savez-vous combien de mots faut-il connaître pour parler couramment en anglais ? Et si vous vous tourniez vers un professeur d’anglais pour en savoir plus et apprendre la langue de Molière ? Faites confiance à italki pour cheminer vers la maîtrise de l’anglais.

Related Posts