Comment apprendre l’alphabet russe
Russe

Comment apprendre l’alphabet russe

Vous avez des velléités d’apprendre le russe ? Oui mais voilà, un obstacle vous semble déjà insurmontable : l’alphabet russe. Apprendre l’alphabet cyrillique russe est une étape obligée pour débuter le russe, alors autant vous y mettre dès aujourd’hui. Et quelle satisfaction personnelle que de pouvoir déchiffrer petit à petit cette langue aux si jolis caractères.

La maîtrise de l’alphabet vous permettra de lire le russe, ce qui semble plutôt essentiel quand on apprend une langue, n’est-ce pas ? Mais ne baissez pas les bras trop vite ! Nous avons élaboré pour vous une méthode infaillible en 5 étapes pour apprendre l’alphabet russe. Поехали ! (C’est parti !)

Comment partir du bon pied avec le russe ?

L’alphabet cyrillique russe compte 33 lettres, dont 10 voyelles, 21 consonnes et 2 signes. Plutôt que d’apprendre l’alphabet de manière classique par ordre alphabétique, nous vous conseillons une approche progressive et plus intuitive en cinq étapes : des lettres communes entre nos deux langues, vers les lettres cyrilliques complètement nouvelles, en passant par nos vieilles amies les lettres grecques.

Enfin, bonne nouvelle pour vous, vous allez pouvoir vous raccrocher à quelques analogies. En effet, on retrouve dans l’alphabet cyrillique russe certaines règles communes à notre alphabet latin. Par exemple, la langue russe comporte également des voyelles et des consonnes. Mais, assez de théorie, passons maintenant à la pratique !

Étape n°1 : commencez par apprendre les « lettres amies »

Les « lettres amies » sont des lettres latines qui existent à la fois en russe et en français et qui produisent quasiment les mêmes sons. Ces lettres seront donc facilement reconnaissables dans un mot et deviendront pour ainsi dire vos amies ! L’alphabet russe contient six lettres latines. Mises ensemble, elles forment même le mot russe « комета » qui signifie comète. Facile à retenir, n’est-ce pas ?

Comment apprendre l’alphabet russe – ici une méthode infaillible

Étape n°2 : attaquez-vous aux faux amis

Passons maintenant aux lettres qui s’écrivent de la même manière qu’en français mais qui produisent des sons différents, des faux amis donc.

Comment apprendre l’alphabet russe – ici une méthode infaillible

On ne vous le cache pas, cela ne sera pas facile dans un premier temps de reprogrammer votre cerveau pour ne pas épeler ces lettres comme vous le feriez en français. En effet, votre cerveau a très bien assimilé les sons auxquels correspondent ces lettres dans votre langue maternelle depuis un bon bout de temps, à vrai dire depuis que vous avez appris à lire !

Trois lettres devront particulièrement retenir votre attention : le B, le H et le P. Il vous faudra ainsi redoubler de vigilance lorsque vous lirez le В russe (à prononcer comme un « v » français), le H russe à prononcer comme un « n » ou encore le P russe à prononcer comme un « r roulé ». Promis, avec un peu de pratique, c’est-à-dire en lisant le plus possible en russe, cela deviendra vite un automatisme !

Dans cette catégorie des faux amis se trouve également une lettre bien spécifique : З qui ressemble au chiffre 3 mais qui n’est autre que le « z » russe.

Étape n°3 : renouez avec vos vieux amis grecs

Bêta, delta, gamma, lambda… Vous n’avez peut-être pas pris l’option grec au lycée mais cela vous dit forcément quelque chose si vous avez fait des maths à l’école ! Pensez donc aux lettres grecques pour vous aider à mémoriser ces 7 nouvelles lettres de l’alphabet russe.

Étape n°4 : faites connaissance avec vos nouveaux amis

La dernière étape sera sans doute celle que vous appréhendez le plus. Ces lettres sont complètement nouvelles. Mais vous vous ferez sûrement un point d’honneur à les apprendre, et les retiendrez sûrement mieux.

Comment apprendre l’alphabet russe – ici une méthode infaillible

Étape n°5 : apprenez les deux signes qui ne se prononcent pas

Une fois que vous aurez assimilé toutes les lettres que nous venons de voir, il vous restera à apprendre les deux dernières lettres de l’alphabet russe : le signe mou Ь et le signe dur Ъ. Il ne s’agit donc pas véritablement de lettres mais de signes qui ne se prononcent pas. Précédées toujours d’une consonne, elles vont influer la manière dont on va la prononcer. Pour se faire comprendre par les russophones, il est donc très important de les intégrer dans votre apprentissage.

Le signe mou Ь vient adoucir la consonne précédente, qui devient alors « molle ». Exemple : гель (gel) ou мать (mère). Le signe dur Ъ, plus rare, s’utilise pour signifier que la consonne qui la précède va rester « dure ». Exemple : съезд (Congrès).

Vous voilà désormais parés pour vous lancer dans cette belle aventure qu’est l’apprentissage du russe. Et si vous comptez apprendre encore plus méthodiquement le russe, cela peut être une bonne idée de faire appel à un professeur de russe pour débuter à apprendre le russe sur de bonnes bases.

Pour aller plus loin, nous vous recommandons vivement notre article sur les 10 stéréotypes sur la langue russe.

Related Posts