Community Web Version Now Available
Azulnad
Peut-on parler de démocratie sans parlé des droits sociaux ? Peut-on parler de démocratie sans parlé des droits sociaux ?
Feb 25, 2011 1:03 PM
6
1
Answers · 6
On peut toujours en parler.... Comme on parle bien de démocratie aujourd'hui sans qu'il n'y ait de contre-pouvoir au pouvoir lui-même actuellement. C'est pour ma part ce que je trouve aberrant dans notre système, celui Français, le seul que je connaisse bien pour être à même de juger. Ne serait-ce qu'actuellement où nous avons un parquet de Justice qui n'est même pas indépendant et qui s'est fait retoqué par le Conseil Constitutionnel en plus de la Cour Européenne des Droits de l'Homme... La démocratie, c'est un mot fourre-tout, mais à ce compte tu rencontreras aussi des Chinois qui te diront qu'il y a la démocratie chez eux et qu'ils peuvent parler librement. Les droits sociaux comme en Lybie où apparemment Kaddhafi achète le peuple et avait l'intention de leur faire le gaz et le pétrole à un prix modique à la transmission de l'héritage de son fils, n'aurait pas fait de la Lybie une démocratie ! En France, beaucoup disent qu'on achète la paix sociale entre les différentes communautés. Je ne suis pas tout à fait d'accord avec ça, puisque de toute façon notre pays est social. Mais il est vrai que ça apaise bien des mouvements de disposer de droits sociaux envers la population qu'elle qu'elle soit, et surtout, ça passe à tout le monde l'envie de s'énerver contre le pouvoir en place. Enfin, tout ça ne va plus durer qu'un temps car nous sommes trop endettés et le gouvernement actuel, auquel nous ne pouvons reprocher cette dette, a été incapable (malgré ses effets de manche) de réduire cette dette, préferant donner des droits sociaux aux plus riches avec notamment "le bouclier fiscal". S'il y avait du travail pour tout le monde et que ce travail permettait de vivre à tous décemment, les gouvernements que nous rencontrons ne pourraient pas se permettre de faire des critiques sur les Rroms et tutti quanti et se verraient percés à jour sur leur niveau de compétence ou non. Et là, il n'y aurait pas besoin de droits sociaux, de droits machins, juste d'une vraie démocratie qui sanctionnerait les ministres qui s'acoquinent avec un pouvoir dictatorial comme en Tunisie, profitant de services injustifiés pour l'exercice de ses missions en tant que Ministre aux Affaires Etrangères à l'étranger comme Michèle Alliot-Marie. Déjà que ce gouvernement est long à la détente pour comprendre les soulèvements dans les pays Arabes et son erreur politique à s'être fourvoyé auprès de dictature, s'il ne réagit même pas, autant prendre des "Jurés Populaires" pour punir ce gouvernement comme notre cher Président veut pour les Cours de Justice du 1er degré, et faire appliquer notre Diplomatie Etrangère, à l'image de celle qui a eu lieu sous De Gaulle !!....
February 26, 2011
Je suis pas certain que la démocratie ait plus de chance de persister ou de durer dans un pays riche comme tu le dis, Nad. C'est clair qu'une fois que les droits sociaux ont été acquis, il est difficile de revenir en arrière et de les reprendre. Pourtant, c'est ce qu'il se passe en Occident où tous les gouvernements de ces pays demandent au peuple de payer les pots cassés de la crise de 2008 et de se serrer la ceinture. A cela, il faut voir les manifestations qui ont encore eue lieues en Grèce en ce début d'année. Il y avait bien une démocratie au Chili, mais la CIA a renversé le gouvernement d'Allende. En outre, une démocratie même avec des droits sociaux est important et peut toujours se renverser, même si c'est moins courant. On peut constater qu'en Libye où c'est une dictature, Kadhafi n'a pas réussi à maintenir son pouvoir dans tout le pays malgré ses réserves économiques incommensurables (un mot qu'on aimerait pouvoir placer plus souvent, +10 au Scrabble). A l'inverse, j'imagine tout à fait possible que n'importe qui, à l'image d'Hitler, prenne le pouvoir et change la démocratie en dictature. Les droits sociaux ne peuvent donc figurer comme seuls critères à prendre en compte pour que la démocratie demeure. Et à l'heure d'internet, la démocratie s'impose un peu partout, c'est ce qu'on peut constater, encore une fois, en Libye où des hackers de certaines Universités ont réussis à rétablir le réseau coupé par le pouvoir en place, ou encore en Chine qui ne peut pas empêcher son peuple d'accéder à Twitter notamment...
March 2, 2011
'sans parler'
February 26, 2011
Azulnad
Language Skills
Arabic, English, French, Russian, Berber (Tamazight)
Learning Language
English